21 mars 2008

l'analysant et l'analyste à la fin d'une analyse

Dans "La dynamique du transfert"  (p. 57),  Freud indique que le transfert ne joue le rôle d’une résistance que dans la mesure où il est un transfert négatif ou bien un transfert positif composé d'éléments érotiques refoulés. Lorsque nous "liquidons" le transfert en le rendant conscient nous écartons simplement de la personne du médecin ces deux composantes de la relation affective".Cette définition de la résistance dans son lien au transfert ouvre quand même des horizons inattendus sur... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 mars 2008

Souvenirs d’enfance et souvenirs-écrans

Quand un analysant rencontre pour la première fois un analyste, sans doute lui décrit-il  tout d’abord ses angoisses, ses symptômes, et ses inhibitions,  il parle aussi des circonstances de sa vie mais très vite, il commence à évoquer ses souvenirs d’enfance. Or Freud a donné à quelques uns de ces souvenirs un nom plus précis, celui de « souvenirs-écrans ». C’est assez dire que ces souvenirs ne sont pas à prendre pour argent comptant, mais que, par contre, ils sont à prendre à la lettre, c'est-à-dire qu’ils sont à... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2008

Sur les amours de transfert

Dans son texte « observations sur l’amour de transfert », écrit en 1915, Freud décrit les mésaventures qui peuvent arriver à un jeune analyste inexpérimenté lorsqu’il se trouve aux prises avec les flambées de l’amour de transfert, amour qui  est provoqué par la situation analytique elle-même.  Il indique donc comment s’y prendre avec cet événement inévitable mais pourtant difficile à gérer. « Parmi toutes les situations qui se présentent, je n’en citerais qu’une particulièrement bien circonscrite, tant à... [Lire la suite]
06 mars 2008

Petite contribution à la psychopathologie de la vie quotidienne

J’ai écrit, il y a quelques jours, et à sa demande, un texte pour un ami, le compte-rendu d’une lecture du livre de Célia Bertin, une biographie de Marie Bonaparte[i] et à   la fin de ce texte,  j’ai fait un lapsus révélateur qui a pris la forme  d’une élision. Contrairement à ce que je comptais affirmer, j’ai écrit : « On ne peut  regretter que,   malgré  son dévouement à la cause analytique et à Freud, elle  ait éprouvé une haine  aussi solide à l’égard de Jacques Lacan. Elle... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 10:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2008

Freud et Goethe

En  l’année 1930, Freud reçut le prestigieux prix Goethe. Sa fille Anna prononça l’allocution écrite par son père. Il était déjà trop éprouvé par la maladie pour pouvoir se rendre à Francfort et assister à la remise de ce prix dont il était très fier étant donné l’admiration qu’il avait toujours porté à ce grand poète. Il commence son discours en indiquant que le fait d’avoir reçu ce prix l’oblige à sortir de son « étroit domaine », celui d’une « science de l’âme » et il évoque alors ce que Goethe a apporté à... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]