maresfieDans les temps anciens, ceux où j'ai commencé à exercer le métier de psychanalyste, les jeunes analystes travaillaient pendant  plusieurs années si je puis dire « sous contrôle ». Certes ce mot est plus que mal choisi. On  préfère quelquefois à ce mot de contrôle, surtout dans les pays anglo-saxons, celui de supervision. Enfin c’est le mot en usage pour indiquer le fait qu’à ses débuts, il est judicieux qu’un analyste  puisse parler de son travail avec ses analysants à un autre analyste.

Il y a quelques années, nous avions proposé avec quelques amis analystes de débaptiser ce contrôle, pour tous les effets surmoïques qu’il pouvait provoquer en référence à cette période infantile de l’apprentissage de la propreté avec éducation des sphincters. A la place nous avions proposé le nom d’accompagnée. Le jeune analyste était accompagné dans ses premiers pas auprès de ses analysants, par un analyste plus expérimenté.

Quelque soit le nom choisi, ces séances d’accompagnée  ne sont  pas tellement nécessaires pour une question d'habilitation ou  de reconnaissance de l’analyste par ses pairs,  mais plutôt à cause du besoin qu’il ne peut qu’éprouver  de faire le mieux possible ce qui était  attendu de lui, une écoute efficace de ses analysants ayant pour effet une juste interprétation.

Plutôt que de clinique ou de théorie, il me semble que dans ces accompagnées, il  s'agit plutôt d’acquérir une technique analytique, avec la conscience aigüe de l’analyste de ce qui peut  lui  faire défaut et aussi la responsabilité qu'il se trouve avoir à assumer. 

Mais il ne faut pas trop non plus noircir le tableau de cette inexpérience éprouvée : certes en  théorie, jouer les éléphants dans de la porcelaine, ce n'est pas forcement ce qu'il y a de mieux pour l'analysant, pourtant  ... la proximité de sa propre analyse peut  donner à l'analyste quelques aperceptions fructueuses qui,  pour être intempestives n'en sont pas pour autant nocives. Mais quitte à jouer les éléphants, il vaut mieux à ce moment là, se la jouer modeste.

Au  fond,  un analyste inexpérimenté mais qui a conscience de son inexpérience, se retrouve un peu dans la position de Freud vis à vis de ces premiers analysants. Ils découvriront ensemble l'inattendu de leur  histoire.

Cependant n'ayant pas forcément son génie,  autant que cet analyste  fasse part de ses interventions, repérages et interprétations diverses à un tiers qui, par le transfert, lui permette d'élaborer ce qui se passe entre lui et ses analysants.

C'est ce que les anciens analystes appelaient de ce mot affreux :  "une toilette contre-transférentielle ».  Avec un contrôle, on aurait en somme besoin  de quelqu'un d'autre pour se débarbouiller. Je plaisante bien sûr.

En termes lacaniens, il s'agirait plutôt de laisser émerger, de dégager ce terme si décisif dans chaque analyse, du désir du psychanalyste.  C'est donc une démarche valable pour tous les analystes.  Pour ceux qui ne sont plus "novices",  le danger serait   plutôt  de devenir un vieil éléphant, celui à qui on ne la fait pas. 

Passer sans arrêt de la position d'analysant à celle d'analyste n'est certes pas confortable mais fort salubre. Il me semble que c'est ça la fonction d’une accompagnée, c'est favoriser ces séries de passages, et hop !  d'un côté.  Et hop !  de l'autre.

C'est une question d'agilité et il ne faut surtout pas se rouiller.

Peut-être ne faudrait-il pas aussi  oublier la bonne vieille recette de Freud : "ne pas hésiter, et sans fausse honte, à retourner sur le divan, par exemple tous les cinq ans". Ca revient vite mais ça évite de devenir un vieil éléphant à la peau dure.