CIMG1841

Dans notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, nous en sommes aux toutes dernières pages du compte-rendu de l´histoire de l´Homme aux rats. p; 260, 261.

J´en profite, puisque nous arrivons au bout de cette lecture, pour vous indiquer que nous entreprendrons ensuite de retrouver au travers des séminaires, la propre lecture de Lacan de cette histoire clinique.

Je ne sais pas si vous le savez, mais avant de commencer son séminaire que l´on peut dire officiel, avec le séminaire I, publié sous le nom des Ecrits techniques, Lacan avait en effet consacré les trois années précédentes à la lecture de Dora, de l´Homme aux rats et de l´Homme aux loups. Ce séminaire privé avait lieu chez lui, au 5 rue de Lille.

De cette lecture, il reste comme traces, pour Dora, « Intervention sur le transfert », pour Ernst Lanzer, dit l´Homme aux rats, il reste « le mythe individuel du névrosé ». Pour l´Homme aux loups existent quelques notes de ce séminaire prises par quelques uns de ceux qui y assistaient. Mais on en retrouve aussi quelques traces dans les trois premiers séminaires dits officiels et notamment dans celui sur les Psychoses quand il y élabore le concept de la forclusion, terme qu´il a isolé et mis en avant dans ce texte de l´Homme aux loups.

Donc je vous l´annonce : nous commencerons notre lecture de Lacan relisant Freud à propos de l´Homme aux rats et donc élaborant ce qu´il en est de la structure de la névrose obsessionnelle avec ce texte « Le mythe individuel du névrosé ».
Ce texte se trouve sur Internet. Il devra être lu en parallèle avec tout ce que Freud a décrit du roman familial du sujet névrosé.

Mais pour l´instant, nous avons encore quelques lignes à déchiffrer notamment cette question fort difficile de ce qu´est la « personnalité » à propos de ce que Freud évoque comme étant les « trois personnalités de l´Homme aux rats ». Ceci p. 260.

Il vaut la peine se pencher sur cette question car ce terme même a été utilisé par Lacan dans le titre même de sa thèse sur son cas Aimée, « de la psychose paranoïaque dans son rapport avec la personnalité », titre critiqué par lui, fort longtemps après, les années du Sinthome. Je ne sais pas trop ce que nous pourrons en faire, on verra.