Copie_de_saorge_198

Dans sa première conférence sur Joyce le symptôme I, Lacan indique que le père comme nom et le père comme nommant, ce n’est pas la même chose.

Mais comment ensuite répartir les deux fonctions dans la phrase qui suit : « le père est cet élément quart… sans lequel rien n’est possible dans le nœud du symbolique de l’imaginaire et du réel.

Mais il y a une autre façon de l’appeler et c‘est là que je coiffe  aujourd’hui ce qu’il en est du Nom du père au degré où Joyce en témoigne – de ce qu’il convient d’appeler le sinthome. »

Le Sinthome, ce serait donc bien, coiffant le  nom du père, le père comme nom, mais il y a quand même quelque chose qui me chiffonne, c’est le fait que par contre dans le symptôme, c’est le père qui est mis en jeu comme nommant. Le symptôme est une sorte d’ordalie masquée et donc méconnue. Une demande de reconnaissance de la part du père qui impliquerait  le don du nom.

Quelqu’un aurait-il ne idée pour ou contre ? Serait-ce justement ce qui fait la différence entre le symptôme et le Sinthome, cette question du père comme nommant, dans le symptôme, et le père comme nom, à savoir le Sinthome  ?