imagesCAPAZG5T

Avec le journal d'une analyse, celle de l'Homme aux rats, nous avons quand même une chance inouïe de pénétrer ainsi dans l'intimité de la rencontre de Freud et son analysant avec ces notes que Freud prenait le soir même de ces séances.

Une petite introduction précède le compte-rendu des séances. Une sorte de présentation de cet analysant. Il est âgé de 29 ans et demi. Il est nommé Dr Lehrs, mais c'est le nom que lui ont donné les traducteurs. Ce n'est pas son vrai nom.
Celui-ci est maintenant connu. On connaît en effet maintenant aussi bien le nom de Dora, du Petit Hans, que celui de l'Homme aux loups,  l'Homme aux rats  s'appelle Ernst Lanzer.

Il se plaint de ses obsessions particulièrement intenses depuis 1903. Donc il vient en 1907. Il en souffrirait depuis quatre ans, mais, en fait, il dit en avoir depuis l'enfance.
Son père, lui, est mort en 1899.

Voici la formulation de ces obsessions. Dans le texte, elles ont été inscrites en gras. Je pense que ce sont des phrases qui ont dues être soulignées pas Freud.

1 - des obsessions

" Des craintes que quelque chose n'arrive à deux personnes qu'il aime beaucoup, son père et une dame qu'il vénère. "

Pour ce qu'il en est de son père, ses craintes ne sont pas très fondées, pour la bonne raison qu'il est déjà mort et que par conséquent il ne peut plus lui arriver grand-chose.
On peut déjà observer, me semble-t-il, dans cette formulation, ce que Freud appelle la tendance à la généralisation. La formule en est vague " quelque chose peut arriver ".

2 - des compulsions

" En outre, il a des impulsions obsessionnelles, on peut dire des compulsions à se faire du mal à lui-même, par exemple " à se trancher la gorge avec un rasoir "

Mais il a aussi des compulsions à faire du mal à la Dame vénérée. Cette compulsion disparaît la plupart du temps lorsqu'elle est présente, mais réapparaît lorsqu'elle est loin de lui.

3 - " Des interdictions se rapportant aussi bien à des choses indifférentes ".

On en trouvera des exemples dans le texte.


4 - des inhibitions

Freud raconte qu'il a aussi de sévères inhibitions qui sont la conséquence de toutes ces idées qui l'accaparent. Il a perdu des années dans ses études en luttant contre ses idées. Il n'est parvenu à une situation " attaché stagiaire au tribunal " que récemment.

Dans son travail, il n'est gêné, autrement dit assiégé par ses idées que lorsqu'il s'agit de droit pénal.


Première apparition de la mère de l'Homme aux rats : elle tient les cordons de la bourse

Freud rajoute, donc en notes, pour lui-même, qu'il " donne l'impression d'un esprit clair et sagace ". Mais il rajoute aussi un autre détail qui a son importance en tant qu'il révèle que c'est sa mère qui tient les cordons de la bourse.
" Après que je lui ai indiqué mes conditions, il dit qu'il lui faut en parler à sa mère, revient le lendemain et accepte "

Dora avait été amenée à Freud par son père. Ernst demande à sa mère l'autorisation financière de commencer son analyse.

En résumé
Freud, dès cette première page, énumère ses symptômes : obsessions, compulsions et inhibitions et révèle quelque chose des liens de l'homme aux rats à sa mère, ses liens financiers.