art_nouveau_tile2Anna, la séductrice

Je reprends la lecture de cette partie III intitulée « la séduction et ses suites » du texte de L'homme aux loups ( p. 181de "L'homme aux loups par ses psychanalystes et par lui-même". Alors que la gouvernante anglaise avait été rendu responsable par les parents de Sergeï de son changement de caractère, Freud suit une autre piste en partant de deux souvenirs-écrans concernant la dite gouvernante, dans l’un, elle proclame « Regardez donc ma petite queue », dans le second, son chapeau à rubans s’envole pour la plus grande joie des deux enfants.

En prenant appui sur ces deux souvenirs-écrans, Freud propose à Sergeï une « construction » c'est-à-dire une hypothèse sur ce qui était arrivé à ce moment là. La thèse de Freud était que  la gouvernante avait exercé sur lui des menaces de castration.  Il attend ensuite de voir ce que cette proposition provoquera comme nouvelles associations : «  Comme effet immédiat de cette supposition se manifestèrent des rêves dont l’interprétation ne réussit pas parfaitement ». Ces rêves avaient tous pour thème des actes agressifs envers sa sœur et des réprimandes de la gouvernante, comme s’il avait voulu lui arracher des voiles, dénuder sa sœur.

Freud considère que ces rêves mettaient en scène des fantasmes beaucoup plus tardifs, au moment de la puberté et qu’ils donnaient en quelque sorte une forme héroïque et surtout active aux événements de son enfance,  ses jeux sexuels avec sa sœur.

C’est ainsi qu’à partir de ces fantasmes où paradoxalement Sergeï jouait un rôle actif et donc viril par rapport à Anna, Freud retrouve ce qu’il appelle « la séduction par sa sœur ».

« Leur compréhension se fit tout d’un coup, quand le patient se rappela brusquement le fait que sa sœur l’avait, « quand il était encore très petit, dans la première propriété », séduit en l’entraînant à des activités sexuelles.

Elle lui avait proposé : « Montrons-nous notre popo et avait joint l’acte à la parole ».

Dans une autre scène, alors que leur mère travaillait dans une pièce à côté  et que leur  père était absent, sa sœur « avait saisi son membre, joué avec lui et dit des choses incompréhensibles sur la Nania en guise d’explication ». Elle faisait la même chose avec tout le monde et par exemple avec le jardinier, en le mettant sur la tête et en saisissant ses organes génitaux.

L’homme aux loups pour apporter en quelque sorte une confirmation à la réalité de cette scène de séduction,   évoque le témoignage d’un de ses cousins, son aîné de plus de dix ans : « Alors qu’elle était âgée de quatre ou cinq ans elle s’était assise une fois sur ses genoux et avait ouvert son pantalon pour saisir son membre. »

Cette partie du texte de Freud est importante puisqu’il y décrit l’un des événements traumatiques qui ont présidé à la naissance de la névrose de l’Homme aux loups. Mais il y en aura au moins un autre,  celui de la scène primitive, réactualisée, réveillée par son rêve d’angoisse, son rêve des loups perchés sur un arbre. Ce sera important de repérer comment ces deux événements traumatiques sont venus interférer l’un par rapport à l’autre. Il y aurait notamment tout un travail de repérage chronologique à effectuer. On ne sait pas, par exemple,  si cette scène de séduction par Anna a eu lieu avant ou après la scène où la mère de Sergeï avait dit au médecin « je ne peux plus vivre ainsi ». 

Freud arrête soudain-là son analyse de la scène de la séduction  et de ses effets pour évoquer l’histoire dramatique de sa sœur qui se suicida au cours d’un voyage en prenant du poison. Il y a d’ailleurs d’autres suicides et d’autres empoisonnements dans la famille de l’Homme aux loups. Il y a aussi des fragilités psychiques : le père de l’Homme aux loups souffrait d’une psychose maniaco-dépressive, Anna, sa fille, était, selon le dire de Freud,  atteinte d’une dementia praecox, terme ancien pour désigner la schizophrénie. Je me suis arrêtée à la page 183.

Je crois qu’il serait temps de faire plus ample connaissance avec la famille de Sergeï, avec sa sœur mais aussi avec ses grands-parents.

Pour revenir maintenant sur la construction de Freud à partir des deux souvenirs-écrans concernant la gouvernante est-ce qu’on ne peut pas envisager d’en proposer une autre ? Au temps de l’Homme aux loups, dans les années 1910, Freud n’avait pas encore élaboré ce qu’il a abordé plus tard sous le terme de « Verleugnung » de « démenti de la castration ». Avec cette référence, est-ce qu’on ne peut pas interpréter plus aisément mais surtout d’une façon plus logique, plus cohérente ces deux souvenirs-écrans. Dans le premier, la gouvernante, c’est tout au moins elle qui l’affirme, elle a un phallus, dans le second, son chapeau s’envole, elle en est privée.

On pourrait donc considérer ces deux souvenirs-écrans comme étant la trace de la découverte de la différence des sexes. La phrase d’Anna confirme cette hypothèse : « montrons-nous notre popo ».

Plutôt que la menace de castration exercée par la gouvernante pour ses désirs incestueux éprouvés à l’égard de sa sœur, je trouve que l’événement traumatique que recouvrent ces deux souvenirs-écrans, est plutôt celui de ce que Lacan appelle « une voracité d’origyne », une voracité féminine. Sa sœur s’empare de son pénis pour jouer avec, il ne lui appartient plus. Sa Nania met le jardinier la tête en bas, tel un pantin, un doudou, pour s’emparer de ses organes génitaux.

S’il y a menace de castration venue des femmes, ce n’est pas le moins du monde pour mettre en place un interdit, mais pour pouvoir s’en emparer de ce dont elles  sont privées. Enfin c’est la construction que j’aurais peut-être proposée à Sergei si j’avais été son analyste.