eee57e2dcdd4b933b961d79bfaceefb1

L’une de mes amies m’a raconté hier au soir comment sa nièce à peine âgée de cinq ans et ne sachant pas encore écrire, sauf son nom, dicte à des adultes des poèmes de plusieurs lignes. Il me semble que cette dictée de mots inventés dédouble en quelque sorte ce qui est la fonction de l’écrit. Quand elle dicte ses mots, cet écrit correspond bien à cette rude formulation de Lacan «  L’écrit, c’est le retour du refoulé ». C’est ce qu’exprime cette petite fille. Mais en même temps, le fait que l’adulte s’en fasse le scribe, démontre que l’écrit c’est aussi des représentations de mots, les mots prononcés par cette petite fille. Il y a encore une troisième forme d’écrit ce sont les écritures de la logique quand Aristote souffle sur les cygnes et les noirs pour les effacer pour les remplacer par des lettres.

 

Cet axiome de Lacan : « l’écrit c’est le retour du refoulé » se trouve dans la séance du 15 décembre 1971 du séminaire Ou Pire.