23 mai 2011

Révélation inattendue d'un métier, Stefan ZWEIG (1), morceaux choisis.

C'est pendant la lecture du dernier livre de Liliane Fainsilber (2) que cette nouvelle de Zweig m'est revenue. Ce qui a déclenché le retour de ce texte, c'est plus précisément la dernière partie du livre de Liliane, « En aparté pour ceux qui le souhaitent: Le démenti de la castration, dans la névrose et la perversion ». Il faut bien le dire, c'est une partie bien difficile, non pas tant du point de vue de la compréhension, mais difficile à croire... Difficile d'accepter cette histoire de version vers le père avec tous les... [Lire la suite]
Posté par BertonDavid à 23:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2009

Et la mascarade phallique d'une femme qui serait... non névrosée ?

Dans le prolongement de ce que vous avez écrit, David, je voudrais rajouter ceci :  Je sais bien que nous sommes tous névrosés, mais comme  aussi bien Renée que Dora, sont restées un peu en rade sur les chemins de leur féminité,  je me pose la question de savoir comment une femme, dans la mesure où elle a réussi à échapper au désir parental, participe à la mascarade phallique. Autrement dit est-il possible d'entrer dans la mascarade phallique autrement que sur un mode hystérique ou obsessionnel ? La question, pour une... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 14:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 novembre 2009

Etre le phallus

"Être le phallus"... est ce que cela se pose de la même manière pour une obsessionnelle et pour une hystérique? Tentons d'en dire quelque chose... C'est en travaillant le texte de Maurice Bouvet, "incidences thérapeutiques de la prise de conscience de l'envie de pénis dans la névrose obsessionnelle féminine"(1) que cette question m'est arrivée.Et plus précisément à partir de cette phrase que Renée, analysante obsessionnelle, adresse à Bouvet alors qu'elle dit souffrir de ne pas pouvoir s'acheter des... [Lire la suite]
Posté par BertonDavid à 15:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juillet 2009

Qu’est ce que vous en pensez ?

Dans sa première conférence sur Joyce le symptôme I, Lacan indique que le père comme nom et le père comme nommant, ce n’est pas la même chose. Mais comment ensuite répartir les deux fonctions dans la phrase qui suit : « le père est cet élément quart… sans lequel rien n’est possible dans le nœud du symbolique de l’imaginaire et du réel. Mais il y a une autre façon de l’appeler et c‘est là que je coiffe  aujourd’hui ce qu’il en est du Nom du père au degré où Joyce en témoigne – de ce qu’il convient... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 14:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 mai 2009

Le père, un maître du langage

Le grand mythe de Totem et tabou, inventé par Freud, rend compte de ce qu'est la fonction du père dans la psychanalyse. Il pose le meurtre du père comme inaugurant et structurant les lois de la civilisation[1]. Selon ce mythe, aux origines de l'humanité, un mâle puissant et violent règne en maître sur toutes les femmes de la horde, chasse impitoyablement tous ses rivaux, castre ses fils lorsqu'ils lui font concurrence. Un jour, ceux-ci se liguent contre lui, avec l'aide de leur mère, et tuent ce père primitif, plutôt... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2009

sadisme et masochisme

Un des participants à notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, Isidore, a écrit à propos d’un passage de Malaise dans la civilisation : « J'ai noté une phrase… qui me semble d'une grande importance, et je m'étonne de ne pas l'avoir relevée plus tôt dans une lecture antérieure ni de l'avoir retrouvée dans d'autres textes qui traitent du surmoi. Laissons la parole a Freud :« C'est pour s'aider à triompher d'une situation si difficile au point de vue économique qu'il (l'enfant) recourt aux mécanismes connus de l'identification,... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2009

« Ecoute ce que dit ta mère ! »

Ce matin j’ai écouté un entretien de Djamel Debbouze à l’occasion de la sortie du film qu’il a réalisé sur la vie de deux enfants brésiliens qui, orphelins, tentent non seulement de survivre mais de rêver aussi. A ce propos,  le journaliste lui posait bien sûr des questions sur ce qu’avait été sa vie dans les banlieues  mais aussi ce qu’il en était de ses nouvelles fonctions de père et ce qu’il pourrait dire de sa vie à son enfant, ce qu’il pourrait lui transmettre. Il a fait cette réponse surprenante « ... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 octobre 2008

Avant moi, le déluge !

Lacan, dans la seule séance du séminaire interrompu « Les noms du père », évoque le travail, à son dire, plein de promesses de Conrad Stein. Je me suis donc reporté à quelques uns de ses textes et je suis donc tombé sur cette affirmation de l'auteur qui m'a intriguée et intéressée à plus d'un titre et qui mérite d’être travaillée de beaucoup plus près. Elle se trouve dans un article qui à pour titre « Constitution du complexe d'Oedipe ». C'est dans un ouvrage paru chez Denöël, « La mort d'Oedipe ». Conrad Stein évoque donc... [Lire la suite]