les trois structures qui délimitent le champ clinique de la psychanalyse
05 décembre 2010

L'homme aux loups. Construction sur la réalité du vécu de la scène primitive

"J'ai rêvé qu'il fait nuit et que je suis couché dans mon lit (les pieds de mon lit étaient tournés vers la fenêtre, devant la fenêtre se trouvait une rangée de vieux noyers. Je sais que c'était l'hiver, quand je rêvais, et la nuit). Tout à coup la fenêtre s'ouvre d'elle-même, et je vois avec grande frayeur que sur le grand noyer devant la fenêtre quelques loups blancs sont assis. Il y en avait six ou sept. Les loups étaient tout blancs et avaient plutôt l'air de renards ou de chiens bergers, car ils avaient de grandes queues comme... [Lire la suite]
Posté par BertonDavid à 15:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 août 2010

A propos de la structure de la névrose obsessionnelle, Une relecture du journal d'une analyse.

  Jacques Lacan consacre les dernières séances de son séminaire Les Formations de l'inconscient (1) à la structure de la névrose obsessionnelle, avec à l'appui le cas Renée, analysante de Maurice Bouvet.(2) Il y épingle deux faits de structures qu'il développe, deux repères précieux. Le premier... Il s'agit de la place imaginaire dans laquelle s'enferre le sujet obsessionnel, celle d'être le phallus de la mère, c'est à dire tenter de se mettre en « bonne » place pour combler celle qui représente le premier Autre. Pendant un... [Lire la suite]
Posté par BertonDavid à 09:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 avril 2010

Sur la structure obsessionnelle avec l'aide d'un mot-valise et d'un porteur.

    "(...) l'obsessionnel est un homme qui vit dans le signifiant, il y est très solidement installé, il n'y a absolument rien à craindre, ce signifiant suffit pour lui à préserver la dimension de l'autre [Autre], mais c'est une dimension en quelque sorte idôlifiée (...)".(1)   En parcourant une fois de plus le séminaire du 18 juin 1958 consacré à la névrose obsessionnelle,  un mot m'a arrété, retranscrit tel quel sur ma version sténo, « idôlifiée ».   « Idôlifiée », inconu au bataillon des mots du... [Lire la suite]
Posté par BertonDavid à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2010

Un bon cuisinier celui qui sait trouver les bonnes articulations

De fait pour aborder cette question de la névrose obsessionnelle telle que Lacan la renouvelle, il faut partir du milieu du chapitre du 14 mai 1956. Il a d’abord analysé  trois rêves d’hystériques puis il passe alors à la question de la névrose obsessionnelle. Il nous annonce : « la névrose obsessionnelle, c’est autrement plus compliqué que la névrose hystérique mais pas tellement plus. Si on arrive à pointer les choses sur l’essentiel, on peut l’articuler, mais si on ne le fait pas, ce qui est sûrement le cas de... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2009

"Ma femme n'est rien pour moi"

La phrase « Ma femme n'est rien pour moi » a été prononcée trois fois d'après ce que nous en dit  Freud. Une première fois elle a été prononcée justement par le père de Dora quand il l'avait accompagnée  chez Freud. Les deux autres ont été prononcées par Monsieur K. Une première fois il s'adressait à la gouvernante pour la convaincre d'avoir des relations sexuelles avec lui ; Elle se laissa convaincre puis en fera la confidence à Dora. La seconde fois, c'est donc au cours de la scène au bord du lac, il la redit à Dora. Donc... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 11:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 septembre 2009

"Le mythe individuel du névrosé"

J´ai commencé à relire ce texte de Lacan, le mythe individuel du névrosé. Je l´ai lu cette fois-ci sans difficulté. Il faut croire que notre lecture attentive du journal d´une analyse et du texte des cinq psychanalyses m´en a facilité la lecture. Il m´a en effet paru lumineux. Lacan nous annonce qu´il va y parler de quelque chose de nouveau. Il y remet, rien de moins en question l´OEdipe de Freud, tout au moins sa relation tierce, père, mère, enfant. Il y introduit « un quart terme » qui est une sorte de dédoublement narcissique... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2009

Une lecture de vacances

Pour les vacances je ne vous propose pas la lecture d'u roman policier mais c'est tout juste. Pour nous introduire à ce mythe individuel du névrosé je vous propose en effet de vous procurer un livre qui se lit comme un roman qui a pour titre " Lacan et Lévi-Strauss ou le retour à Freud" de Markos Zafiropoulos. Il y dessine tout ce que Lacan a emprunté à Lévi-Strauss notamment son approche de la fonction du mythe et également cette notion d'"efficacité symbolique", celle disons le mot de... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2009

Projets : Lacan relit l'histoire clinique de l'Homme aux rats

Dans notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, nous en sommes aux toutes dernières pages du compte-rendu de l´histoire de l´Homme aux rats. p; 260, 261. J´en profite, puisque nous arrivons au bout de cette lecture, pour vous indiquer que nous entreprendrons ensuite de retrouver au travers des séminaires, la propre lecture de Lacan de cette histoire clinique. Je ne sais pas si vous le savez, mais avant de commencer son séminaire que l´on peut dire officiel, avec le séminaire I, publié sous le nom des Ecrits techniques,... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2009

Les méfaits du Surmoi, dans la mélancolie, la névrose obsessionnelle et l'hystérie

Dans son texte de l’Homme aux rats, Freud décrit  la « compulsion au suicide » de son analysant, Ernst Lanzer, sous deux formes, l’injonction d’avoir à se trancher la gorge et l’injonction de se faire maigrir à toute force, compulsion qui se transforme  ensuite en ordre de se jeter du haut d’une falaise. Freud reprend cette question des désirs de suicide, dans l’un des derniers chapitres des Essais de psychanalyse, sous le titre « Etats de dépendance du moi ». Il y aborde la question du Surmoi et de la... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2008

L'interprétation d'une compulsion de Ernst, dit L'Homme aux rats

Dans ses notes du samedi 28 décembre du journal d’une analyse, celle de l’Homme aux rats (1), Freud écrit cette phrase à consonance biblique, comme le remarque le traducteur, " il a faim et on le nourrit " .  Le sujet du second verbe  fait énigme qui est cet "On " qui nourrit ? Comme, si entre Freud et son analysant,  soudain était apparu un tiers, une instance nourricière. Cet acte de Freud, il lui fait apporter une assiette de harengs de la Baltique,  provoquera des effets inattendus qui ... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,