27 mai 2014

Le livre d'Eugène Jolas qui a pour titre « Sur James Joyce »

Dans son livre intitulé « Sur James Joyce » Eugène Jolas relate quels avaient été ses liens avec l’auteur et beaucoup d’anecdotes le concernant et concernant la rédaction de cette œuvre, rédaction auquel il participait activement. Dès 1927, il éditait d’ailleurs dans sa revue Transition, des fragments de Work in progress qui devait par la suite prendre le nom de Finnegans Wake. Il nous indique notamment comment Joyce avait commencé à l’écrire à partir d’une proposition de son éditrice. Elle lui avait confié un... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2014

Les trois facteurs qui causent la névrose

  Dans ce chapitre X d'inhibition, symptôme, angoisse, Freud essaie de rendre compte des facteurs qui peuvent intervenir pour déterminer le « choix de la névrose ». Il le centre sur la question de l'angoisse : «  Les dangers sont communs à tous les hommes, ils sont les mêmes pour tous les individus ; ce dont nous avons besoin, et dont nous ne disposons pas, c'est d'un facteur qui nous fasse comprendre pourquoi tels individus sont capables de soumettre l'affect d'angoisse, en dépit de sa qualité... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2014

Est-il souhaitable d'être l'analyste de son enfant, tel le père du Petit Hans ?

Grande J'ai commencé à lire ou plutôt à relire le Petit Hans. Après le lecture d'Inhibition, symptôme et angoisse, c'est un jeu d'enfant. Freud a divisé son texte en quatre parties  I L'introduction où il est beaucoup question du grand intérêt que Hans porte à son fait-pipi et celui des autres, y compris à celui de sa mère et de sa petite sœur, Freud y nomme ce qu'il appelle « complexe de castration ». II Histoire de la maladie et analyse. C'est la partie la plus longue, la plus copieuse. Une étude de la phobie. ... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2014

"La symbolique du rêve"

  Dans l’Interprétation des rêves Freud consacre un chapitre à la question de la symbolique. Il y écrit : « Quand on s'est familiarisé avec l'emploi surabondant de la symbolique pour figurer le matériel sexuel dans le rêve, on se demande si beaucoup de ces symboles ne sont pas analogues aux signes sténographiques pourvus une fois pour toutes d'une signification précise; on est tenté d'esquisser une nouvelle clef des songes d'après la méthode de déchiffrage. Il faut ajouter à cela que cette symbolique n'est pas spéciale au... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2014

Freud et Dora, un homme et une femme

Au moment où Lacan, dans ce texte, aborde sa lecture du texte de Dora, dans son texte " Intervention sur le transfert " (p. 217), il l'annonce ainsi : " La psychanalyse est une expérience dialectique " et plus loin  " Je fonderai ma démonstration sur le cas de Dora " Qu'est-ce que Lacan souhaite démontrer ? Il le décrit en une même phrase :  -" Repenser l'œuvre de Freud "  - " retrouver le sens authentique de son initiative " - " et le moyen de maintenir sa valeur de salut " Les deux premiers objectifs ne font pas... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2014

La fonction de l'Oedipe dans la "génitalisation"

Dans la séance du 15 janvier 1958 du séminaire Les Formations de l’inconscient, Lacan évoque la fonction de  l'Œdipe et du  père dans la « génitalisation » ou l'assomption de son propre sexe  Nous pouvons  déjà repérer dans ces séances consacrées à la métaphore paternelle  que Lacan explore toutes les  questions que soulève l'Œdipe, celle bien sûr de la névrose, avec au coeur de celle-ci, les difficultés théoriques que pose l’Œdipe dit inversé, celui où le sujet, le garçon, souhaite être aimé... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 10:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 avril 2014

De Freud à Lacan, de l’énigme de la différence des sexes, à la différence de rapport à l’inconscient, pour un homme et pour une

Nous nous trouvons en face d’une grande énigme, d’un problème posé par un fait biologique, celui de l’existence de deux sexes. » C’est  donc ainsi que Freud la posait dans l’Abrégé de psychanalyse. Lacan redouble cette première énigme d’une seconde, celle de la différence de rapport d’un homme et d’une femme à l’inconscient : «  Il est tout à fait concevable que le rapport d’une femme à l’inconscient soit différenciable de celui de l’homme à l’inconscient » In « Réponse à une question de Marcel... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2014

La névrose a pour issue la destruction du complexe d'Oedipe

  J’ai retenu ce passage d’inhibition, symptôme et angoisse, à la fin du chapitre VI :  « Etudier la formation de symptôme, dans d’autres affections que les phobies, l’hystérie de conversion et la névrose obsessionnelle, serait infructueux, car nous en savons trop peu à leur sujet. Mais l’examen critique et comparé de ces trois névroses fait apparaître un problème d’importance et qui ne saurait plus être ajourné. Chacune de ces trois névroses a pour issue la destruction du complexe d’Œdipe et nous admettons que... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2014

Déchiffrer les imbroglios du double graphe du désir avec l'aide de Geluck

   En lisant le séminaire des Formations de l’inconscient, on peut réussir à reconstruire les trajets sur le graphe du désir des deux traits d’esprit qu’il a emprunté à Freud, celui du famillionnaire et celui du veau d’or qui n’est plus adoré car il est, de par la magie de son auditeur, devenu veau de boucherie. Il faut aussi toujours pour qu’un trait d’esprit fasse rire qu’il apporte une touche d’absurdité et de faute de logique : J’aime bien celui-ci inventé par Geluk : « Ce qu’on est arrivé à faire avec... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 janvier 2014

Des liens du petit autre au grand Autre, de l'imaginaire au symbolique

  « Α la vérité, je ne crois pas qu'il y ait dans ce que j'ai jamais enseigné deux temps, un temps qui serait centré sur le stade du miroir, sur quelque chose de pointé sur l'imaginaire, et puis après, avec ce moment de notre histoire qu'on repère sur le rapport de Rome, 1a découverte que j'aurais faite tout d'un coup du signifiant. Dans un texte qui je crois n'est plus facile d'accès, mais enfin qui se trouve dans toutes les bonnes bibliothèques psychia­triques, un texte paru à L'Évolution Psychiatrique qui s'appelle... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]