13 juin 2011

Le lapsus calami d’un assassin

  « A l’importance pratique des lapsus calami se rattache un intéressant problème. Vous vous rappelez sans doute le cas de l’assassin H… qui se faisant passer pour un bactériologiste, savait se procurer dans les instituts scientifiques des cultures de microbes pathogènes excessivement dangereux et utilisait ses cultures pour supprimer par cette méthode ultramoderne des personnes qui lui tenaient de près. Un jour cet homme adressa à la direction de l’un de ses instituts une lettre dans laquelle il se plaignait de... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2011

Le rêve de la mère de Freud

Voici donc la réponse de l’énigme que je vous ai proposée : quel rêve de Freud, analogue à celui de l’Homme aux loups,  témoigne-t-il de ce qu’a été pour lui la scène primitive, celle qui a structuré la « chanson de geste de sa névrose » ?   Ce rêve a pour titre « Rêve de la mère de Freud ».p. 495 de L’interprétation des rêves.   Freud y évoque les rêves d’angoisse et il écrit : « Pour ma part, je n’ai plus fait de rêves d’angoisse depuis de longues années, mais je m’en... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2011

Qui trouvera ?

  Le rêve de l’Homme aux loups  fait alors que l’enfant avait quatre ans et demi, réveilla la trace d’un événement traumatique, ce que Freud a appelé « la scène primitive » ou encore « la scène originaire »,  celle à partir de laquelle se constitue le destin du sujet, à savoir ses symptômes, la « chanson de geste de sa névrose », ces choix amoureux y compris celui de son psychanalyste. Une fois interprété, ce rêve des six ou sept loups immobiles qui le regardaient fixement, se révéla donc... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2010

« Un meurtre tous les jours en pensée et bonne santé vous garderez ! »

Théodore Reik a écrit plusieurs ouvrages, « Ecoutez avec la troisième oreille ; L’expérience intérieure du psychanalyste » est le plus connu. C’est en effet là qu’il décrit très finement le processus psychique qui permet à l’analyste de participer au travail de l’analysant, à ce que Lacan a appelé la tache psychanalysante, et ce sous la forme de l’interprétation. Cette interprétation est aussi bien pour l’analysant que pour l’analyste une vraie surprise. Elle doit les prendre tous les deux littéralement au... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 08:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 octobre 2009

Deux actes hautement symboliques effectués par Freud

L’apport d’une assiette de hareng et le fait qu’il lui donne à lire « La joie de vivre » de Zola, une autre nourriture Les notes du samedi 28 décembre du « Journal d’une analyse », celle de l’Homme aux rats,  commencent  par une phrase à consonance biblique, comme le remarque le traducteur, « il a faim et on le nourrit ». C’est le sujet  de la seconde phrase qui fait énigme qui est cet «On » qui nourrit ? Comme si entre Freud et son analysant soudain était apparu un tiers, une... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2008

l'absurdité dans les rêves et les symptômes

La question de l'absurdité apparente des obsessions est abordée par Freud dans sa grande étude de la névrose obsessionnelle avec l'histoire de l'Homme aux rats. Dès les premières phrases de ce paragraphe du texte qui a pour titre « Quelques obsessions et leur explication »[1],  Freud nous explique que tout comme pour le rêve il ne faut pas se laisser impressionner par l'apparente absurdité et incohérence de ces obsessions : «  On fait bien de ne jamais se laisser troubler,... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2008

Une nouvelle formation de l'inconscient

Je propose à la lecture une petite  formation de l'inconscient qui ( je crois) n'a jamais été encore décrite : celle d'une maladresse de qui n'est pas en mon honneur : Nous étions entrain de travailler, dans notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, le début du texte de l'Homme aux rats. Freud essaie de décrire le mieux possible le grand délire obsessionnel de Ernst Lanzer, toutes les prouesses qu'il a du faire pour tenter de rembourser une dette qu'il n'avait jamais contractée au lieutenant A.  Dans le... [Lire la suite]