kontsedailov_1Freud évoque le complexe de castration pour la première fois dans les « trois essais sur la théorie de la sexualité »,  mais de façon encore extrêmement succincte. Ils sont publiés en 1905. Cela ne semble pas encore trop le préoccuper pas plus dans l’histoire de Dora que dans celle de l’Homme aux rats. Pour Dora, il centre son intérêt sur la question de la masturbation et pour l’Homme aux rats, sur le désir de la mort du père. Dans le texte du Petit Hans le complexe de castration est mentionné à propos de la menace de sa mère « Si tu fais cela, si tu te touches, on te la coupera ». Freud indique que les névrosés « se défendent violemment contre sa reconnaissance ». Il rajoute qu’il y aurait beaucoup de choses importantes  à dire sur la signification de cet élément de l’histoire infantile. « Le complexe de castration » a laissé des traces frappantes dans les mythes (et pas seulement dans les mythes grecs) ; J’ai fait, dans ma science des rêves, et ailleurs encore, allusion au rôle qu’il joue ». Nous en sommes à l’allusion.  Le texte sur le Petit Hans a été publié en 1909 et L’homme aux loups a commencé son analyse en 1910. Le texte qui en rend compte a été rédigé durant l’hiver 1914/1915. Or    « Introduction au narcissisme » où Freud parle aussi du complexe de castration et d’une façon plus élaborée est daté lui aussi  de l’année 1914.

C’est donc ces années là, les années de l’Homme aux loups,  que Freud élabore d’une façon plus approfondie ce qu’il en est du complexe de castration masculin. D’autres textes suivront bien sûr, notamment celui qui met en rapport complexe de castration et désir de mort à l’égard du père à savoir celui intitulé « Dostoïevski et le parricide » publié en 1928. .

A propos de ces repérages de dates qui sont nécessaires je vous recommande un ouvrage paru il y a longtemps chez Payot qui est une Bibliographie des écrits de Freud. C’est indispensable de l’avoir en sa possession tout au moins si on veut bien lire les textes freudiens.

 Je n’ai pas relu Schreber qui date de 1911 et je ne sais donc pas dans quelle mesure Freud  a donné beaucoup d’importance au complexe de castration à propos de son délire. Nous verrons quand nous le travaillerons. Ce sera de toute façon au centre de cette question de la forclusion du Nom-du-Père.

Tout ceci pour souligner le fait qu’il me semble que c’est la première fois dans ce texte de l’Homme aux loups que Freud s’arrête longuement sur cette question du complexe de castration masculin. Mais je l’ai peut-être souligné  un peu trop dans le désordre et surtout de façon incomplète. Je n’ai pas pris en compte les textes les plus tardifs y compris celui d’Analyse finie et infinie.