03 avril 2009

La promenade au bord du lac

L'histoire de Dora trouve son point d'acmé dans la scène au bord du lac.Je pensais tout d'abord que cette scène avait eu lieu peu de temps avant que Dora vienne voir Freud, la seconde fois, alors qu'elle avait dix huit ans, mais en fait il semble bien (p. 16) que cet événement a eu lieu quand elle avait seize ans. Elle venait de rencontrer Freud pour la première fois et était parti passer quelques jours de vacances avec son père et les K. Que s'est-il passé à ce moment là ? Alors que Dora acceptait très volontiers... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 14:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2009

Le besoin de protection par le père, par rapport au complexe de la mère

Une conférence-débat aura lieu le 25 Avril 2009 à 9 heures 30, Amphithéâtre de l’hôpital La Peyronnie de Montpellier Organisée par l’espace clinique Montpellier- Méditerranée En présence de G. Bruère-Dawson, Professeur-émérite des universités et de I Boulze, Maître de conférence de psychopathologie clinique – Université Paul Valéry Le docteur Liliane Fainsilber En dialogue avec Le docteur Jacques Puget La fonction paternelle et ses avatars (De la régence maternelle aux dits «... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 10:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 février 2009

« Ecoute ce que dit ta mère ! »

Ce matin j’ai écouté un entretien de Djamel Debbouze à l’occasion de la sortie du film qu’il a réalisé sur la vie de deux enfants brésiliens qui, orphelins, tentent non seulement de survivre mais de rêver aussi. A ce propos,  le journaliste lui posait bien sûr des questions sur ce qu’avait été sa vie dans les banlieues  mais aussi ce qu’il en était de ses nouvelles fonctions de père et ce qu’il pourrait dire de sa vie à son enfant, ce qu’il pourrait lui transmettre. Il a fait cette réponse surprenante « ... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 février 2009

"Au diable le lecteur ordinaire" !

Je me suis mise à lire un peu de tout ce qui s'est écrit à propos de Joyce et, sans compter l’indispensable biographie de Joyce en deux volumes rédigée par Ellmann,  j'ai trouvé trois livres que j’ai trouvé intéressants par rapport à l’approche qu’en a faite Lacan. Un livre d'Eugène Jolas, qui a aidé Joyce, et quand je dis aidé,  c'est pour de bon, effectivement, dans sa rédaction de Finnegans Wake. Un autre de Frank Budgen qui, lui,  l'a aidé à mettre en forme Ulysse.Enfin le troisième c'est celui d'un de ses... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 janvier 2009

Les méfaits du Surmoi, dans la mélancolie, la névrose obsessionnelle et l'hystérie

Dans son texte de l’Homme aux rats, Freud décrit  la « compulsion au suicide » de son analysant, Ernst Lanzer, sous deux formes, l’injonction d’avoir à se trancher la gorge et l’injonction de se faire maigrir à toute force, compulsion qui se transforme  ensuite en ordre de se jeter du haut d’une falaise. Freud reprend cette question des désirs de suicide, dans l’un des derniers chapitres des Essais de psychanalyse, sous le titre « Etats de dépendance du moi ». Il y aborde la question du Surmoi et de la... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2008

Les lettres du nom propre dans le rêve à la licorne

Le rêve à la licorne, rêve rapporté par Serge Leclaire, est devenu, tout au moins par rapport à l'enseignement de Lacan, une sorte d'exemple princeps de la façon dont les lettres du nom propre se retrouvent être des éléments essentiels qui animent, qui aimantent, les symptômes des analysants, ce terme de symptôme étant pris dans son sens large, comme étant tout ce qui est analysable au titre de formation de l'inconscient. Voici le texte de ce rêve : « La place déserte d'une petite ville : c'est insolite ; je cherche quelque... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 19:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 décembre 2008

l'absurdité dans les rêves et les symptômes

La question de l'absurdité apparente des obsessions est abordée par Freud dans sa grande étude de la névrose obsessionnelle avec l'histoire de l'Homme aux rats. Dès les premières phrases de ce paragraphe du texte qui a pour titre « Quelques obsessions et leur explication »[1],  Freud nous explique que tout comme pour le rêve il ne faut pas se laisser impressionner par l'apparente absurdité et incohérence de ces obsessions : «  On fait bien de ne jamais se laisser troubler,... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2008

Une relecture de "constructions en analyse"

Dans "Constructions en analyse", Freud écrit :  "L'intention du travail analytique est d'amener le patient à lever les refoulements des débuts de son développement... pour les remplacer par des réactions qui correspondent à un état de maturité psychique". L'analyste ne peut travailler pour cela que sur la matière psychique que lui fournit l'analysant, "des fragments de souvenirs contenus de façon déformée dans les rêves", des souvenirs écrans mais aussi "des idées incidentes qui émergent... [Lire la suite]
Posté par Fainsilber à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2008

Un dilettantisme sérieux

Dans l'un de ses textes, « Contribution à l'histoire du mouvement analytique », Freud rend compte des champs voisins conquis par la psychanalyse, de son extension à l'étude des religions, des mythologies, de la littérature et bien sûr extension aux modes d'organisations sociales, avec « Totem et tabou » et «Malaise dans la civilisation ». Il semble que Lacan, à l'inverse de Freud, irait  plutôt chercher dans d'autres champs, des moyens pour explorer et rendre compte du champ de la psychanalyse lui-même. Le passage se... [Lire la suite]
30 octobre 2008

Une nouvelle formation de l'inconscient

Je propose à la lecture une petite  formation de l'inconscient qui ( je crois) n'a jamais été encore décrite : celle d'une maladresse de qui n'est pas en mon honneur : Nous étions entrain de travailler, dans notre groupe de lecture des cinq psychanalyses, le début du texte de l'Homme aux rats. Freud essaie de décrire le mieux possible le grand délire obsessionnel de Ernst Lanzer, toutes les prouesses qu'il a du faire pour tenter de rembourser une dette qu'il n'avait jamais contractée au lieutenant A.  Dans le... [Lire la suite]